Marion Le Pennec

Marion Le Pennec

L’encre de Chine est un jeu de magie et de simplicité laborieuse, à l’image de la vie.

L’écouter s’écrire d’elle-même, se dire, se dévoiler fait naître en moi une joie toujours renouvelée.

Sa danse avec l’eau me fait souvent l’effet d’une révélation. Comme si, à l’instar d’un jeu divinatoire ou des manigances du Ji King, une main traçait en langue étrange les secrets les plus enfouis, et pourtant mille fois déjà dévoilés, de cette humanité entre guerres et beauté.
Elle est un des chants du Grand Mystère, celui de la Vie qui attend de nous d’être des enfants joueurs et ouverts, des explorateurs à l’écoute et au regard humides.

Dans le nid vide et blanc de la feuille, là où tout peut se dire, où tout peut être ressuscité, se déploie un acte d’amour, celui de la lumière enlaçant et goûtant le noir-matière.

Et, moi, peintre et spectatrice, je savoure l’alchimie à l’oeuvre.

Par ce langage épuré, j’aspire à remonter jusqu’à « à la racine du visible pour rencontrer l’invisible* », cet autre monde, impalpable, qui pré-existe et d’où naît chaque souffle de matière.

À cet endroit, tout est question de Présence.

Marion Le Pennec est artiste peintre vit et travaille en Bretagne (France). * C.Javary,